Émissions internationales de la Radio tchèque 
2-12-2020, 00:39 UTC
Thèmes
 Par
Les lieux de la bataille des trois empereurs à Austerlitz
Par Jaroslava Gissubelova
En prenant la route de Brno en direction du sud-est, vous arriverez dans la région où l'une des batailles les plus sanglantes des guerres napoléoniennes, la bataille de Slavkov, Austerlitz, s'est déroulée. Mais c'est également la région du plus ancien peuplement sur notre territoire. Le grand nombre de monuments conservés, ainsi que les réserves naturelles et l'hospitalité des habitants font de cette région un lieu visité par un grand nombre de touristes.
La curiosité des visiteurs étrangers est attirée, en premier lieu, par les lieux de la célèbre bataille. Les Moraves sont, en effet, très fiers de la tradition napoléonienne qui a laissé ses traces dans leur pays. Rappelons, pour mémoire, que la bataille des trois empereurs, livrée le 2 décembre 1805, a été remportée par l'empereur français, Napoléon 1er Bonaparte, sur les armées alliées du tsar russe, Alexandre 1er, et de l'empereur d'Autriche, François 1er. Napoléon a compté sur ses jeunes officiers, sur sa stratégie de combat moderne, en tirant profit des accidents du terrain pour disperser ses unités numériquement plus faibles. Le drame sanglant a duré 9 heures. Sur le champ de bataille sont restés 18 000 soldats qui allaient être inhumés, les jours suivants, dans 25 fosses. L'armistice, signé le 6 décembre 1805 au château de Slavkov, a fortifié le pouvoir de l'empereur français en Europe.
Les adeptes de la bataille commencent la visite de ces lieux dans la commune de Slapanice qui est le point de départ de toute la région de Slavkov. Le jour de la bataille s'y trouvait rassemblé l'état-major du 4ème corps d'armée du maréchal Soult. Le château de Slapanice a servi de lazaret français. Les soldats alliés capturés ont été internés dans l'église de l'Assomption-de-la-Vierge-Marie. Au cimetière de Slapanice, on trouve des stèles de soldats morts.
L'arrêt suivant - le poste de commandement de Napoléon 1er, sur la colline de Zuran. Napoléon y a passé la nuit dans son carrosse. C'est à partir de là, qu'il a donné, le 2 décembre, au matin, l'ordre d'attaquer en direction des hauteurs de Prace. L'événement est rappelé par un monument avec une représentation plastique de la carte du champ de bataille. Il convient de souligner que Zuran est un territoire d'exterritorialité de la République française en République tchèque.
Les soldats français ont laissé leur trace aussi sur la hauteur de Santon, comme le révèle déjà son nom. Santon a servi de point d'appui à l'artillerie française. L'armée de Napoléon disposait d'environ 250 canons. Sur le sommet artificiellement nivelé avant la bataille par les unités de génie françaises pour les positions de tir des 18 canons, se trouve une chapelle de 1823, avec les plaques commémoratives des généraux français, Claparède, Valhubert et du général russe, Bagration. On peut y voir aussi une copie du canon français.
Un autre endroit mémorable, la vieille poste de Pozorice, datée de 1785 déjà. Le 28 novembre 1805, elle a servi d'état-major au maréchal Murat. Le même jour, Napoléon, accompagné de ses maréchaux, y a pris part à la réunion. C'est à cette poste que l'empereur français a logé, après la bataille victorieuse. Le 3 décembre, l'ambassadeur d'Autriche, le compte de Liechtenstein, lui a rendu visite, pour négocier l'armistice et préparer une entrevue personnelle entre Napoléon et l'empereur François 1er.
Un calvaire construit dans la rue Ruzova, à Telnice, symbolise l'emplacement de la fosse commune. Dans la commune s'est concentrée la force décisive des unités françaises et cela surtout dans l'église Saint-Jean-Baptiste. Sur le mur du cimetière sont encore visibles les traces des positions de tir. Napoléon a passé une nuit dans la paroisse, avant la bataille.
Notre visite continue sur les hauteurs de Prace. C'est là que se trouve la dominante et le centre naturel de la zone de monuments historiques du champ de bataille d'Austerlitz, le Monument de la paix. Edifié dans les années 1910-1912 d'après les plans de l'architecte Josef Fanta, en style de sécession, il forme une pyramide quadrangulaire d'une hauteur de plus de 26 mètres couronnée d'un éllipsoïde représentant le globe et portant, au sommet, une croix chrétienne haute à elle-seule de plus de 10 mètres. Quatre statues érigées aux pieds de la pyramide symbolisent les héros des armées française, autrichienne, russe et aussi le peuple de la Moravie ayant souffert par ce conflit sanglant. Au sous-sol de la chapelle, qui se trouve à l'intérieur du Monument, il y a le lieu du dernier repos des soldats ayant trouvé la mort à Austerlitz.
Notre promenade se terminera au château d'Austerlitz, lui-aussi étroitement lié à la bataille. Le tsar Alexandre 1er et l'empereur François 1er y ont passé la nuit avant la bataille. Le 3 décembre 1805, Napoléon y a fait à ses soldats une déclaration concernant la bataille. Le 6 décembre, l'armistice a été signé dans la salle solennelle du château.
Les origines du château baroque monumental d'Austerlitz remontent au 13ème siècle. Son histoire a d'abord été marquée par les activités de l'Ordre des chevaliers teutoniques qui y ont fait édifier l'une de leurs bases foritifiées. Les remaniements de l'ancien bastion en résidence plus spatieuse avec éléments Renaissance datent du tournant des 15ème - 16ème siècles, lorsque Slavkov est devenue une propriété de l'ancienne famille aristocratique morave des Kounic. Après la fin de la guerre de Trente Ans, le siège des Kounic a connu des changements importants, inspirés, pareillement que d'autres constructions de l'époque, du siège des rois français, Versailles.
C'est Dominique André Kounic, juge du burgrave morave, ambassadeur de la cour impériale autrichienne dans nombreuses métropoles européennes, grand admirateur de la cour française de l'ère Louis XIV, devenu plus tard vice-chancelier impérial et ministre du conseil d'Etat de Vienne, qui a entrepris des travaux hardis au siège familial. Et c'est à l'éminent architecte italien, Domenico Martinelli, auquel il a confié l'édification d'un château baroque représentantif à l'emplacement de l'ancienne résidence Renaissance. Les travaux ont duré plus d'un demi-siècle, dès la fin des années 90 du 17ème siècle, jusqu'aux années 60 du siècle suivant. Les sculptures sont une oeuvre d'un important sculpteur italien, Giovanni Guiliani.
Très admirable est le vaste parc entourant le château, appelé le petit Versailles. Le parc sur le remblai artificiel dont l'axe principale descendait le long de la cascade des terrasses vers le canal à l'eau finissant dans les allées de la colline d'en face, a été créé en même temps que le bâtiment principal du château. L'intérieur du parc a été divisé par des bosquets aux petites piscines, par des labyrinthes, fontaines et des caniveaux passant par le jardin et par des sculptures de Guiliani. Le parterre de fleurs, avec la fontaine et des orangeries aux fresques, a été construit encore sour le règne de Dominique André. Plus tard, le parc a été restauré et simplifé dans le style anglais. Aujourd'hui, le parc du château d'Austerlitz est un des jardins historiques le plus intéressants de la Moravie.
Articles correspondants
 24.11.2018 Infos
 2.12.2017 Infos
 23.5.2016 Faits et événements
 18.5.2016 Infos
 6.12.2015 Infos
 15.8.2015 Infos
 4.2.2015 La Moravie, théâtre des guerres napoléoniennes
 14.1.2015 Chapitres de l’histoire
 29.11.2014 Infos
 2.12.2012 Des milliers de personnes à la reconstitution de la bataille d’Austerlitz
 19.8.2012 Centenaire du Monument de la Paix au champ de bataille d’Austerlitz
 12.8.2012 Plus de 10 000 personnes aux Journées d'Austerlitz près de Brno
 11.8.2012 Plus de 10 000 personnes aux Journées d'Austerlitz près de Brno
 5.12.2011 Grenadiers, cuirassiers et autres hussards
 3.12.2011 La reconstitution historique de la bataille d’Austerlitz suivie par plus de 8000 spectateurs
 23.11.2011 Le projet Austerlitz: près d'un millier de figurants attendus cette année pour la bataille
Tous les articles correspondants