Émissions internationales de la Radio tchèque 
1-12-2020, 23:43 UTC
Thèmes
 Par
Une balade dans le quartier juif pragois
Par Jaroslava Gissubelova
"Prague rivalise avec Vienne pour ses palais, avec Dresde pour ses jardins, avec Cracovie pour son ghetto". "Prague, c'est un amalgame de cultures juive, allemande et tchèque, et la magie et le fantastique de Prague trouvent un écho supplémentaire dans l'évocation légendaire de son ghetto." J'ai empruntée ces caractéristiques de Prague pour introduire notre promenade qui nous amènera dans l'ancien ghetto juif de Prague...
On n'exagère pas en disant que le quartier juif pragois a un charme magique et que c'est l'un des endroits les plus visités par les touristes étrangers. La cité juive d'aujourd'hui, c'est six synagogues, l'hôtel de ville et le cimetière qui subsistent, après une démolition, à la fin du siècle dernier pour des raisons d'assainissement, de l'architecture labyrinthique aux ruelles étroites et sombres et aux baraques entassées...
Géographiquement, l'ancien ghetto de Prague était compris entre les rues Elisky Krasnohorske, à l'est, la rue du 17 novembre, au nord, et Kaprova, au sud. Il était l'un des plus anciens d'Europe centrale et le chef-lieu des autres communautés de Bohême. Selon la tradition, les Juifs seraient arrivés à Prague après la destruction du Temple de Jérusalem. Une communauté juive est mentionnée, en 965, par le marchand Ibrahim ibn Jacob, aux pieds du Château. Une autre colonie est aussi implantée, vers 1091, sur la route de Vysehrad. Au 12ème siècle, au plus tard, est apparue une troisième colonie juive, à proximité de la place de la Vieille-Ville, sur le site de Josefov, et c'est celle-ci, qui s'est maintenue à Prague.
Malgré les premiers pogroms européens et la série d'interdictions contre les Juifs, ces derniers reçoivent la protection de certains souverains, dont Premysl Otokar II qui, par un édit de 1254, leur accorde des privilèges, réprime les violences antisémites, interdit les baptêmes forcés et garantit la liberté de culte, d'administration et de justice. Malgré cette protection royale, plusieurs souverains abuseront de leur pouvoir: un pogrom de Pâques 1389 a fait 3000 morts à Prague. Il faut attendre Joseph II, empereur éclairé, pour que les Juifs puissent jouir de droits et participer pleinement à la vie économique et culturelle du pays. L'égalité complète des religions est accordée dans l'Empire en 1867 et entre temps, le ghetto devient, en 1861, le 5ème quartier de Prague appelé Josefov, en hommage à Joseph II.
A partir de 1892, la cité juive, peuplée de pauvres uniquement, et trop insalubre, est rasée. Il faut installer une canalisation moderne et ouvrir de nouvelles rues. A l'emplacement de l'ancien ghetto, de nouvelles maisons d'habitations élégantes, en styles historisants et Art-Nouveau sera bâti... Franz Kafka, figure légendaire de Prague juif, a écrit à ce propos: "Les recoins obscurs, les passages secrets, les fenêtres aveugles, les cours malpropres, les brasseries bruyantes, les auberges sinistres continuent de vivre en nous... La vieille ville juive malsaine est bien plus réelle que ne l'est la nouvelle ville hygiénique autour de nous..." fin de citation...
De l'ancien ghetto, il ne subsiste, nous l'avons dit, que six synagogues, l'hôtel de ville et le cimetière. Tous ces monuments sont de véritables bijoux. La plus ancienne est la synagogue Vieille-Nouvelle, de style gothique primaire, fondée en 1270. Constituant le centre du ghetto, elle s'appelait initialement Nouvelle Ecole et, quand de nouveaux temples ont été édifiés, elle devient Vieille-Nouvelle. Contrairement aux autres édifices religieux du ghetto, elle n'a jamais été enserée dans un pâté de maisons, de sorte qu'elle a échappé aux incendies. Ce n'est qu'a à la fin du siécle dernier qu'elle a connu ses premières grandes réfections. La décoration intérieure de la synagogue est très sobre. Seul le tympan du tabernacle et les chapiteaux présentent des motifs de vigne. Le sanctuaire, sur le mur oriental, contient la Thora - rouleau de perchemin contenant le texte des cinq livres de Moïse en hébreu. Cet édifice est toujours un lieu de culte actif.
Parmi les illustres rabbins de la synagogue Vieille-Nouvelle, le plus célèbre reste le très savant Jehuda Lew ben Bezabel, dit le rabbin Löw, créateur du légendaire Golem. Un géant né d'un mélange de terre et d'argile, destiné à protéger la communauté juive, devrait, d'après la légende, être toujours caché dans un endroit inaccessible, le plus probablement sous le toit de la synagogue. La synagogue reste, elle-aussi, entourée de légende qui lui prête, en effet, différentes origines. Pour les uns, la Synagogue Vieille-Nouvelle a été érigée avec les pierres du Temple rapportées par les Juifs de Jérusalem, pour d'autres, ce sont les anges protecteurs de l'église qui en ont transporté les pierres.
A l'entrée du vieux cimetière juif, on trouve la Synagogue Klaus. Sa construction remonte à la fin du 17ème siècle. Sous la voûte richement décorée est installée une belle collection de manuscrits et d'imprimés hébraïques. Prague a été, au nord des Alpes, le plus ancien centre d'imprimerie pour les Juifs et ses ateliers jouissaient d'une réputation européenne. C'est au début du 15ème siècle qu'a commencé l'activité de la première imprimerie en hébreu.
La Synagogue Haute, située derrière l'Hôtel de ville, rue Cervena, a été élevée au 15ème siècle. Elle accueille aujourd'hui une des plus précieuses collections de tissus synagogaux réunis au monde: sont rassemblés ici des milliers de rideaux, draperies et bandelettes pour la Torah. Les pièces proviennent de toutes les communautés juives de Bohême et de Moravie et couvrent une période allant du 16ème siècle jusqu'à nos jours. Comme pour l'imprimerie, Prague a été pour la broderie l'un des grands centres d'Europe centrale. Les pièces les plus intéressantes sont les rideaux destinés à être suspendus dans la partie antérieure des tabernacles, au contact des rouleaux de la Torah.
Dans la partie sud du vieux cimetière juif est située la Synagogue Pinkas, édifice Renaissance, transformé après la Seconde Guerre mondiale en mémorial des victimes de l'holocauste, avec les noms des 77 297 Juifs de Bohême et de Moravie qui ont péri dans des camps de concentration.
Articles correspondants
 13.8.2019 Faits et événements
 31.5.2019 Infos
 13.8.2017 Infos
 14.8.2016 Infos
 4.11.2015 Infos
 30.4.2013 Enchères : une enveloppe de Torah de République tchèque vendue pour plus de 9 000 dollars
 10.4.2013 120 ans depuis l'assainissement de Prague
 11.9.2010 La Vieille Ville et le « quartier juif de Joseph »
 8.4.2010 Lancement d’un nouveau projet de restauration du patrimoine juif
 24.3.2010 Prague et l’étoile de David
 21.4.2009 Jour de la commémoration de la Shoah à Terezín
 28.1.2009 Le rapport entre politique et culture, un chantier encore en cours ?
 10.9.2008 Les apports des Juifs tchèques à l’histoire juive en Europe
 30.8.2007 Le Musée des arts décoratifs documente les objets spoliés aux Juifs
 24.3.2007 Merci de nous avoir écrit...
 9.11.2006 Un cimetière juif du XVe siècle retrouvé lors d'un chantier à Plzen
Tous les articles correspondants