Émissions internationales de la Radio tchèque 
2-12-2020, 00:47 UTC
Thèmes
 Par
Hradec Kralove
Par Astrid Hofmanova
Les faits attestant le peuplement de la localité de Hradec ne sont pas antérieurs au Xe siècle. A cette époque-là, Hradec joue le rôle de chef-lieu du territoire habité par la tribu des Slavnik de Libice et, après le massacre de ces derniers, par la famille concurrente des Premyslides. Alors, Hradec fait partie des grands sites fortifiés dont la position sur un sentier allant de Prague en Silés ie et en Pologne le prédispose à devenir un important centre commercial, militaire et religieux. Après la chute de la famille des Slavnik et l'apparition de l'Etat tchèque unifié sous les Premyslides, à la charnière des Xe et XIe siècles, Hradec devient progressivement le centre de l'administration princière et, dès le XIIe siècle, elle est proclamée ville résidentielle des reines-veuves de Bohême. De cette époque datent également les premières mentions sur l'archidiacre de Hradec, représentant un important chaînon de l'administration religieuse de l'évêché et gérant en même temps l'ensemble de la région de Bohême orientale.
A la charnière des XIIe et XIIIe siècles, le lieu fortifié au pied du château est élévé au rang de ville. Elle se voit attribuer ce privilège dont on peut retrouver la mention sur un parchemin déposé aux Archives régionales de Hradec Kralove, en 1225. Au XIIIe siècle apparaissent de nombreux couvents, églises et banlieues qui accueillent les artisans; le château possède un Hôtel de la Monnaie appartenant aux rois de Bohême. Hradec moyenâgeuse accueille des colonies allemandes et l'on voit apparaître des constructions en briques. Les guerres hussites mettent un terme à la domination des patriciens allemands.
Au XIVe siècle, la production artisanale atteint un niveau permettant la formation des premières corporations. Jouissant de nombre de privilèges de la part des rois de Bohême, Hradec devient la plus importante ville royale après Kutna Hora.
Le noyau historique de Hradec Kralove compte un pâté de maisons d'origine gothique ou Renaissance, un groupe de maisons de chanoines baroques et des restes de vieilles fortifications baroques de la seconde moitié du XVIIIe siècle. L'ancien hôtel de ville est une construction primitivement gothique. Le monument architectonique le plus précieux de la vieille ville est sans conteste la cathédrale Saint-Esprit en style gothique, dont nous devons à la reine Elisabeth Rejcka la construction. Cette dernière transforma la cité en la deuxième plus importante ville du royaume après Prague et lui attribua plus tard le nom de Kralove ( de la reine). L'église baroque des Jésuites fut élevée au XVIIe siècle par l'architecte italien Carlo Lurago. Elle est reliée à l'ancien collège jésuite baroque bâti au début du XVIIIe siècle. Parmi d'autres monuments, il y a la résidence épiscopale abritant une collection d'art régional, l'ancien palais du burgrave - le seul vestige conservé de l'ancien château fort royal ou le Musée national, un remarquable ouvrage de l'architecture tchèque du début du XXe siècle.
De 1900 à 1930, des architectes tchèques éminents donnèrent à la ville un visage nouveau. Ainsi, le noyau historique déclaré réserve municipale en 1962, a trouvé un digne contrepoids dans la nouvelle ville formée par des quartiers modernes avec des places et avenues dominées par une série d'immeubles monumentaux. Grâce à Frantisek Ulrich, maire de Hradec Kralove dans les années 1895-1929, le fondateur de l'architecture tchèque moderne, le professeur Jan Kotera (1871-1923) arrive à Hradec pour y réaliser les projets de plusieurs bâtiments importants. Parmi ceux-ci, le Musée, construction la plus somptueuse et représentative de la ville, construite dans les années 1909-1912. Les fortifications sont successivement démolies, le cours de l'Elbe aménagé , un réseau d'ingénierie est mis en place, sont construits de nouveaux ponts et quais, au centre de la ville apparaissent de nouveaux parcs et allées noyés dans la verdure.
Kotera trouve un digne continuateur de son oeuvre en la personne de son disciple et collaborateur Josef Gocar (1880-1945) qui continue les travaux en mariant les principes modernes de la régulation et de l'urbanisme. Il est auteur , entre autre, de l'escalier monumental de l'église Notre-Dame, citée dans des annuels d'architecture. Grâce à Gocar, Hradec Kralove possède de nombreux édifices dont la maçonnerie est en briques brutes d'un rouge éclatant. Citons l'Ecole nationale de tannerie ou le siège de l'E glise tchécoslovaque.
Hradec Kralove est aussi un important centre industriel connu notamment par la fabrication d'instruments de musique. Le premier atelier de fabrication d'instruments de musique est ouvert en 1842 par Vaclav Frantisek Cerveny, fabricant d'instruments à vent. Une nouvelle manufacture, dont la marque de piano est connue dans le monde entier, est ouverte vingt ans plus tard. Antonin Petrof se consacre à l'assemblage de pianos. Animé du désir d'aboutir à une indépendance nationale dans cette nouvelle branche industrielle, il fonde la première usine en son genre en Bohême. En 1874, il achète le premier hall de fabrication et fait des exportations sur la totalité des marchés autrichiens et saxons. Au début du XXe siècle, Petrof exporte par chemins de fer vers la Russie, les Pays-Bas, les Balkans, L'A mérique du Nord et du Sud, l'Australie, le Japon et la Chine. A l'occasion des expositions mondiales, la firme Petrof est primée trois fois par Grand Prix et gagne quarante médailles d'or. Cette année, la société fête son 136e anniversaire.
Articles correspondants
 11.3.2020 Faits et événements
 23.12.2019 Infos
 31.8.2019 Infos
 3.9.2018 Infos
 1.9.2018 Infos
 23.6.2018 Infos
 24.6.2017 Infos
 10.11.2016 Infos
 3.11.2016 Infos
 22.9.2016 Infos
 6.4.2016 Infos
 24.11.2015 Infos
 14.8.2015 Infos
 25.7.2015 Infos
 18.6.2015 Infos
 23.5.2015 Infos
Tous les articles correspondants