Émissions internationales de la Radio tchèque 
26-6-2019, 08:24 UTC
[15.01.2019 23:42 UTC] Guillaume Narguet
Brexit : après le rejet de l’accord, « la balle est désormais dans le camp britannique » selon la diplomatie tchèque

Après le rejet, mardi, par les députés britanniques de l’accord avec Bruxelles sur la sortie de l’Union européenne, la balle est désormais dans le camp du Royaume-Uni et c’est à son gouvernement qu’il appartient de dire ce qu’il entend faire. Telle a été en somme la réaction du ministre des Affaires étrangères tchèque, Tomáš Petříček, sur son compte Twitter, suite au vote négatif, à une très large majorité, de la Chambre des communes. Le chef de la diplomatie a précisé qu’il préférerait personnellement que le Royaume-Uni reste membre de l’UE, mais que l’accord sur le Brexit conclu avec Bruxelles en fin d’année dernière « était la moins mauvaise solution ». Toujours selon lui, la République tchèque est « préparée à tous les scénarios possibles » et il affirme rester convaincu qu’une situation satisfaisante sera trouvée pour toutes les parties.

De son côté, le ministre de l’Intérieur, Jan Hamáček, a réagi à l’annonce du résultat qui plonge encore davantage le gouvernement de Theresa May dans l’incertitude à dix semaines du Brexit, en déclarant que celui-ci était prévisible et que même en cas de sortie sans accord, la priorité restait le maintien des droits des ressortissants tchèques vivant et travaillant au Royaume-Uni et la poursuite des meilleures relations possibles avec Londres. Ce jeudi, Jan Hamáček s’entretiendra avec les leaders de tous les partis représentés à la Chambre des députés de la manière d’adopter le plus rapidement possible la « Lex Brexit », projet de loi approuvé par le gouvernement la semaine dernière qui vise à anticiper les conséquences d’une possible sortie du Royaume-Uni de l'UE sans accord avec Bruxelles.

Interrogés quant à eux par l’agence de presse ČTK, les eurodéputés tchèques ont mis en garde contre le renforcement de l’incertitude au sein de l’UE. « Le plus important est désormais d’éviter un départ du Royaume-Uni sans accord. Une telle rupture constituerait un risque pour le Royaume-Uni ainsi que pour les intérêts de la République tchèque », estime par exemple Jiří Pospíšil (TOP 09).