Émissions internationales de la Radio tchèque 
9-8-2020, 20:44 UTC
 


Un chemin de croix original


Pendant les fêtes de Pâques, les chrétiens pensent beaucoup plus à la Passion et à la Résurrection du Christ. Ils participent aussi souvent à des processions sur les chemins de croix et leurs quatorze stations qui représentent le chemin que le Christ a dû suivre jusqu'à la croix. Dans l'église Sainte-Marie-Reine-de-la-Paix, située dans le quartier pragois du nom de Lhotka, se trouve un chemin de croix qui n'a pas son pareil en Europe. Il représente, en effet, la Passion du Christ d'une manière tout à fait originale : les tableaux des quatorze stations nous montre le chemin de la souffrance de l'homme, au cours de l'histoire. Le projet de ce chemin de croix a été présenté, dans une sombre période, après la défaite du Printemps de Prague et l'occupation de la Tchécoslovaquie par les armées du Pacte de Varsovie, par le prêtre de la paroisse, Vladimir Rudolf. Il a été réalisé par l'artiste tchèque, Karel Stadnik, dans les années 1973-1975. Nous vous en présentons les quatorze tableaux.
1ere station : La prière de Jésus-Christ dans le jardin de Gethsémani

La prière de Jésus-Christ dans le jardin de Gethsémani Depuis toujours, les hommes avaient peur des catastrophes naturelles, des maladies, des puissants et des guerres. La crainte de l'humanité, au chemin de croix de Lhotka, est représentée par le champignon de la bombe atomique d'Hiroshima et par le personnage d'une mère affolée serrant ses enfants terrorisés contre elle.
2e station : La flagellation de Jésus-Christ

Le tableau représente une galère où les galériens étaient fouettés, soumis à la douleur et la soif pour être abandonnés à la mort. Les galériens portent des fers, ils rament selon le rythme imposé, le commandant et son fouet se dressant au-dessus d'eux.
3e station : Jésus-Christ est condamné à mort

L'artiste pragois transpose le jugement de Jésus en France où, en 1431, Jeanne d'Arc se tient debout devant les portes fermées de l'église, sur la Place du marché de Rouen, contemplant en silence ses mains liées. L'évêque vient de lire la sentence, dans laquelle il l'a déclarée hérétique, relapse et sorcière au service du diable. Les regards perçants de quatre hommes semblent transpercer Jeanne. Ce sont : le prêtre, le cardinal, le juge et le moine.
4e station : Jésus est chargé de sa croix

Les chrétiens attendent la mort au Colisée de Rome, où des jeux sanglants ont lieu pour amuser la foule. Tout comme Jésus qui a été codamné et a dû porter sa croix, ces chrétiens portent leurs croix personnelles.
5e station : Jésus rencontre sa très Sainte Mère

Au beau milieu des bâtiments d'une cité en préfabriqué, se tient la Sainte Vierge entourée de misérables. La Sainte Vierge attend ses enfants qui portent leurs croix, à tous les carrefours de ce monde.
6e station : Jésus tombe sous la croix

Le tableau représente un enfant qui s'est suicidé. Sa mère n'en voulait pas. A côté de lui, son dernier et, peut-être, seul ami : un petit ours en peluche.
7e station : Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix

Le camp de concentration d'Auschwitz. Lors de l'appel, un matin d'août 1941, dix déportés sont condamnés à mort. Le déporté No 16670, le moine franciscain, Maximilian Kolbe, qui ne fait pas partie des condamnés, sort des rangs et demande à être conduit à la mort, à la place de l'un des condamnés, un père de famille nombreuse.
8e station : Sainte Véronique essuie la face de Jésus

La face de Jésus est au centre du tableau. La toile, autour du visage est plissée et en crée le cadre. Le deuxième cadre, intérieur lui, est créé par des personnages en dehors de la vie qui, honteux et pleins de douleurs, ont les yeux fixés sur la terre. Le voile relie l'image du Sauveur à celle des malheureux personnages.
9e station : Jésus est dépouillé de ses vêtements

Des villes et des villages détruits : une image que nous voyons souvent à la télévision ou dans les journeaux. Des personnes en fuite, vêtus de quelques frusques. Une femme, à terre, protège son enfant. Des millions de personnes perdent, depuis toujours, leurs foyers en raison des guerres ou des catastrophes naturelles.
10e station : Jésus est cloué sur la croix

La main traversée par une longue et fine aiguille rappelle la main d'un jeune médecin qui avait découvert un sérum contre une grave maladie. Il l'avait testé sur lui-même et en était mort.
11e station : Jésus meurt sur la croix

La croix est plantée entre les pavés du plancher de l'église et dépasse toutes les autres stations du chemin de croix. Sur la croix, pend le corps de Jésus. Il a une dimension surnaturelle. La croix est fabriquée avec des rayons en or qui rappellent des barbelés, la prison et la mort. Leur couleur dorée démontre, quand-même, que la mort n'aura pas le dernier mot. L'arbre de la croix qui a apporté la mort, se transformera en arbre de la vie.
12e station : Jésus sur les genoux de Marie

La mère, pleine de douleur, protège son fils mort sur ses genoux. La pietà de Lhotka ne représente pas le cadavre de Jésus adulte, mais le corps d'un enfant mort de faim, dans un linceul.
13e station : Jésus est mis au tombeau

Après la bataille de Waterloo, le duc de Wellington et son aide de camp cherchent des traces de vie. Le message mortel des canons est partout, la terre est labourée par les obus. A l'horizon, pourtant, il y a un arbre nu et quelques croix renversées sur les tombes des morts.
14e station : La Résurrection du Christ

Le dernier tableau représente des personnages qui contemplent la silhouette géante du Christ qui les invite dans son royaume.

Site internet de la paroisse de l'église Sainte-Marie-Reine-de-la-Paix www.netservis.cz/lf/



| Retour |