Émissions internationales de la Radio tchèque 
11-8-2020, 11:02 UTC
Les Sommets précédents de l'OTAN
 
Retour a la page d'accueil
L'OTAN Actuels membres de l'OTAN et pays candidats Les Sommets précédents de l'OTAN L'évolution de l'opinion du Président Vaclav Havel sur l'Alliance nord-atlantique La voie de la République tchèque dans l'OTAN Aperçu sur les opérations internationales auxquelles les forces armées tchèques ont participé


Rome 1991


Washington 1999 Suite à la disparition de l'organisation bipolaire du monde, qui avait duré presque un demi-siècle, l'OTAN s'est trouvé dans une nouvelle situation, sans ennemi bien défini. Lors des années quatre-vingt-dix du XXe siècle, la sécurité devait être fondée sur le dialogue et la coopération par le développement d'une capacité de défense collective. Les groupes paramilitaires et les organisations terroristes représenteront, dorénavant, la raison d'être de l'OTAN. La menace de la guerre et l'extension d'opérations militaires ont notoirement diminué. La stratégie de l'Alliance s'est alors orientée vers le règlement des crises et les opérations de maintien de la paix. Lors du sommet de Rome, les hauts responsables de l'OTAN se sont mis d'accord pour diminuer la dépendance des armes nucléaires, limiter notoirement les forces armées et réduire leur préparation au combat. La stratégie de l'Alliance s'est alors orientée vers les solutions des crises et les opérations de paix. Les unités restant en activité devaient avoir une mobilité accrue, la flexibilité et l'adaptation à diverses situations. Dans le même temps, lors d'opérations à venir, il devait être fait de plus en plus recours à des unités nationales. Une attention particulière a été accordée, lors de ce Sommet, aux opérations dans l'ex-Yougoslavie et au rôle de l'OTAN au sein des missions de paix de l'ONU.

Le sommet de Rome fut aussi l'occasion pour les hauts responsables de l'OTAN d'adopter le nouvel accord pour la coopération et le partenariat avec les pays d'Europe centrale et de l'Est. C'est dans ce but que fut créé le Conseil nord-atlantique pour la coopération (NACC).


Bruxelles 1994

En 1994, le Conseil nord-atlantique pour la coopération a été remplacé par le Partenariat euro-atlantique (EAPC). La réunion de Bruxelles fut aussi l'occasion pour l'élargissement et l'approfondissement du programme de Partenariat pour la paix à l'intention des pays d'Europe centrale et de l'Est désireux de coopérer avec l'OTAN et de participer aux opérations multinationales. Etre partie au programme de Partenariat est, en un mot, fondamental pour tous les pays qui avaient l'intention de devenir membres de l'Alliance à l'avenir.


Madrid 1997

C'est au sein de ce sommet qu'ont commencé les négociations d'admission avec la République tchèque, la Hongrie et la Pologne. On est aussi parvenu à réaliser quelques progrès dans la construction des relations de partenariat avec la Russie et l'initiation de négociations avec l'Ukraine. On a aussi approfondi le dialogue entre les pays méditerranéens et des progrès notoires ont été accomplis dans la construction d'un pilier européen dans le cadre de l'OTAN, de son nom : L'initiative de sécurité et de défense européenne (ESDI).

L'initiative européenne de défense et de sécurité

ESDI est un projet toujours d'actualité ayant pour objectif de renforcer et d'élargir le pilier de l'alliance européenne dont le rôle est de permettre aux États européens de réagir aux problèmes et besoins européens indépendamment et en même temps de prendre une plus grande part de responsabilité que par le passé. En prenant une plus grande responsabilité pour leur propre sécurité, les pays européens créeront des liens transatlantiques plus fortes et plus équilibrées, qui, dans leur conséquence, renforceront toute l'alliance.

Le développement du projet ESDI dans le cadre de l'OTAN représente la partie clé de la modernisation de l'Alliance et donc l'adaptation politique et militaire aux nouvelles conditions de sécurité. On peut s'attendre à ce que, lors du sommet à Prague, d'autres discussions sur ce thème aient lieu.


Washington 1999

Dans le cadre des festivités du 50ème anniversaire de la fondation de l'OTAN à Washington, avant la fin du millénaire, la République tchèque, la Hongrie et la Pologne ont été invités à en devenir membres.