Émissions internationales de la Radio tchèque 
24-8-2019, 14:05 UTC
La musique tchèque du XXe siècle
 









Josef Bohuslav Foerster Josef Bohuslav Foerster (1859-1951) incarne le passage de la génération créatrice à une autre époque. Foerster étudia l'école d'organistes. A Prague, il fut pendant plusieurs années organiste avant de partir avec sa femme à Hambourg et Vienne. Après le coup d'Etat de 1918, il revint à Prague, où il travailla pendant douze ans au conservatoire. Il occupa également plusieurs postes prestigieux dans la vie publique (docteur à titre honorifique de l'Université Charles, président de l'Académie tchèque des sciences et des arts pendant huit ans). Il est maître de la composition vocale (cycles Erotikon, L'amour, Violes de nuit, etc.), de choeur et sous forme de cantate (Stabat Mater, Saint Venceslas, etc.). Le genre orchestral est représenté par cinq symphonies, six suites et quatre poèmes symphoniques. Il a également écrit des opéras, de la musique de chambre et d'église.

Par la gauche: Josef Suk, chef d'orchestre Václav Talich,
Vitezslav Novák (1903) Vitezlav Novák (1870-1949) a entamé la conquête de la musique moderne tchèque. C'est avec Dvorák, au conservatoire de Prague, qu'il a étudié la composition. En tant que professeur de la classe de la composition (1909-1939) il a formé pédagogiquement une génération de compositeurs tchèques et étrangers, avant tout slaves. A partir de 1897, il s'appuie dans sa création sur le chant populaire, notamment de la Slovaquie morave et de Slovaquie. Il lui consacre une quantité d'arrangements originaux (notamment Les chants slovaques). Cette influence se manifeste tout particulièrement dans La Suite slovaque. Par le vécu du chant populaire, il fait mûrir des traits très personnels dans les compositions pour piano (Mon mai, Sonata eroica) et dans le poème symphonique Dans les Tatras. Il enrichit sa pensée harmonieuse et colorée par les couleurs impressionnistes en insistant sur une structure ferme (par exemple Toman et la fée des forêts ). Une pensée musicale expressive et une souveraineté technique caractérisent une époque de création mûre ouverte, en 1910, avec la fantaisie maritime de Tempête et le cycle pour piano Pan. Les suites pour piano Exotikon et le cycle de mélodies Erotikon sont moins connus. Dans les années qui suivirent, il se consacra au domaine dramatique dont il résulte les drames lyriques Le lutin de Zvikov, La lanterne et Le legs de l'aïeul.

Josef Suk Josef Suk (1874-1935) apporta des tons tout à fait différents dans la musique tchèque. Ses dons, fruit de la tradition enseignante, furent développés au conservatoire par Benewitz, Stecker et Dvorák. Sa présence dans le Quatuor tchèque, la sévérité de l'autocritique, des passages de vie difficiles et une douloureuse crise psychique ralentirent considérablement le travail de création pourtant entamé de façon très prometteuse. Plus tard il fut également très occupé par l'enseignement au conservatoire (à partir de 1922). De par sa musicalité franche, directe et ses multiples talents, Suk rappelle Dvorák dont il a encore accru et individualisé la richesse instrumentale. Il a réagi à l'évolution mondiale et intensifié l'expressivité poétique de son langage notamment dans la composante mélodique et rythmique. En donnant du point de vue de la construction une telle diversité à son lyrisme, il s'est rangé parmi les plus grands phénomènes de la musique tchèque. Cette évolution se réflète avant tout dans la création orchestrale. Sérénade pour cordes (1892) et La symphonie en Mi majeurr comportent encore toutes les caractéristiques de Dvorák, mais déjà dans la musique pour les contes de fée de Zeyer Radúz et Mahulena et Sous le pommier, les traits propres à Suk apparaissent franchement. Ces mêmes traits débordent dans des domaines bizarres dans Le scherzo fantastique et sont moins nets dans le poème symphonique Praga. Ensuite commence une série d'oeuvres symphoniques qui forment un grand ensemble. La symphonie funèbre Azrael, le poème musical Le conte d'été, La Maturation et Epilogue. La Fantaisie en sol mineur pour violon et orchestre est un témoignage important de cette lutte pour un style original.

Otakar Ostrcil Aux alentours de 1900, Otakar Ostrcil (1879-1935) apparaît aux côtés de Novák et de Suk. Dans l'esprit de son maître Fibich, il se consacre dans sa jeunesse au poème symphonique Le conte de Semík, au mélodrame Balade du savetier mort et de la jeune danseuse et à la musique chorale L'enfant devenu orphelin. Dans le domaine symphonique, Imprompta, Suite en ut mineur et Symfoniette font partie de ses oeuvres les plus significatives. Dans le domaine lyrique, ce sont ensuite les oeuvres Le Yeux de Kounala, Le bouton de rose, La légende d'Erin et La légende de sainte Zita.

Leos Janácek Quand la montée de la musique moderne tchèque était déjà clairement dessinée, le bien plus âgé Leos Janácek (1854-1928) était mûr pour intervenir dans cette évolution. Depuis sa jeunesse, après des études à l'école d'orgues, il était actif comme chef d'orchestre, mais aussi comme organisateur et pédagogue. Dans la composition, il se limite au début à de plus petites formes chorales et instrumentales faisant le lien avec Krizíkovský et Dvorák, ce dernier lui servant aussi d'exemple principal dans l'opéra tragique Sárka basé sur un poème de Zeyer. La coopération avec Frantisek Bartos l'amena à la collection et l'étude des chants et de la musique populaires. Ils prennent alors l'aspect d'adaptations tout à fait originales auxquelles Janácek est par la suite souvent revenu. C'est de là qu'est né le son orchestral des Danses du pays des Lach (à l'origine Valach) qui constituent avec les Danses de Hana le fond du ballet ethnographique Rakos Rakoczy. Janácek dirigea ensuite son intérêt ethnographique vers le langage populaire dont il recueillit les mélodies et dont la cadence se fit plus tard ressentir sur le caractère de ses inventions laconiquement mélodiques et intensément animées. Ce style de Janácek s'amorce par l'opéra Début de roman et ressort pleinement dans l'opéra Jenufa, qui constitue le premier opéra tchèque inspiré d'un drame littéraire (Gabriela Preissová) écrit en prose. S'ensuit Le destin, l'ensorcelante Petite renarde rusée, et L'affaire Makropulos, opéra très profond sur les plans psychologique et dramatique. Janácek a inventé un genre tout à fait nouveau dans les choeurs masculins, notamment avec les compositions sur les poèmes de Bezruc Halfar le maître d'école, Marycka Magdonová. Les compositions pour piano (cycle Sur le sentier broussailleux) et de chambre (Sonate pour violon et piano, deux quatuors à cordes) d'une originalité absolue. Ce n'est que bien tard que Janacek a droit à la reconnaissance du public - il faut attendre pour cela 1916 et la présentation à Prague de Jenufa. Janácek est également devenu le premier docteur à titre honorifique de l'université Masaryk à Brno.

Bohuslav Martinu C'est Bohuslav Martinu (1890-1958) qui est le chef de file de la génération consciemment antiromantique qui apparut après la Première Guerre mondiale. Martinu fut l'élève de Josef Suk, mais il commenca à développer pleinement son talent avec son second professeur Albert Roussel à Paris, où il séjourna de 1923 à 1941 avant de rejoindre les Etats-Unis. C'est à cette époque qu'il devint l'un des compositeurs les plus connus au monde ; il passa les dernières années de sa vie en Italie et en Suisse où il mourut. Le nombre de ses oeuvres est gigantesque. Dans le domaine symphonique, ses premiers succès furent Mi-temps (1924) et La bagarre (1926). Viennent ensuite Symphonie concertante pour deux orchestres, suite pour orchestre à cordes et surtout Concerto grosso et Double concerto pour deux orchestres à cordes, piano et timbales.. Martinu a aussi été l'auteur de nombreux concertos (concerto pour quatre pianos, concerto pour deux pianos, concert pour violon, deux concerto pour violoncelle et de nombreux autres pour divers instruments). Parmi ses plus de 70 oeuvres de chambre ressortent tout particulièrement les quatuors, les sonates pour violon et piano, et les sonates pour violoncelle et piano. Parmi les compositions vocales, il y a une série de mélodies splendides notamment La nouvelle Année tchèque, Les chansons d'une page , Les chansons de deux pages, des opéras retenons tout particulièrement Miracle de Notre-Damei, La Passion grecque. Enfin, des dix ballets, le l'Année tchèque, un ballet chanté est particulièrement remarquable.

Compositeurs importants

Josef Bohuslav Foerster(1859 - 1951)
Vítezslav Novák(1870 - 1949)
Josef Suk(1874 - 1935)
Otakar Ostrcil(1879 - 1935)
Otakar Zich(1879 - 1934)
Rudolf Karel(1880 - 1945)
Leos Janácek(1854 - 1928)
Ladislav Vycpálek(1882 - 1969)
Emil Axman(1887 - 1949)
Karel Boleslav Jirák(1891 - 1972)
Bohuslav Martinu(1890 - 1959)
Pavel Borkovec(1894 - 1972)
Alois Hába(1893 - 1973)
Jaroslav Jezek(1906 - 1942)
Jan Novák(1921 - 1984)