Émissions internationales de la Radio tchèque 
15-12-2018, 19:26 UTC
Radio Prague - 65 ans
  Radio Prague - prisonnier de l'idéologie

Après la guerre, les communistes consolidèrent leur position à la Radio tchécoslovaque. Lors de la crise politique, en février 1948, déclenchée par le parti communiste, la Radio passa au service des communistes et, en tant que moyen de communication puissant, facilita la prise du pouvoir. Le ministre de l'Information de l'époque, Vaclav Kopecký, remercia publiquement la Radio tchécoslovaque de cette aide.

En avril 1948, la Radio tchécoslovaque fut nationalisée. Dorénavant, le parti communiste décidera de la gestion et de l'orientation des programmes. En été 1948, une fusion des émissions vers l'étranger avec la rédaction des actualités politiques est opérée, pour qu'une ligne politique unique des émissions nationales et internationales soit assurée. Pour Radio Prague, cela signifie la préparation d'un programme différent pour les pays amis édifiant le socialisme, et d'un autre pour les pays capitalistes considérés comme ennemis. Les émissions vers les pays capitalistes ont pour objectif de "paralyser la diffamation propagée à l'adresse de la Tchécoslovaquie socialiste et d'acquérir les auditeurs aux idéaux du socialisme". Le but des émissions destinées aux pays du bloc soviétique est "d'affermir les liens amicaux entre les pays socialistes et les rapports envers l'Union soviétique."

En 1952, la Radio tchécoslovaque subit une restructuration suivant le modèle so- viétique. Les émissions vers l'étranger deviennent une station autonome, dans le cadre de la Radio tchécoslovaque, en tête avec leur directeur. Leur structure est la suivante: la rédaction centrale produisant les textes en tchèque, les rédactions en langues étrangères et la rédaction de la coopération internationale produisant les programmes destinés à "l'exportation". Au fur et à mesure, les programmes d'exportation, envoyés aux stations radiophoniques étrangères, remplacent les émissions destinées aux pays socialistes.

L'importance des programmes de Radio Prague augmenta considérablement, dans les années cinquante. De nouvelles langues furent introduites - l'arabe et le portugais. Si, en 1949, la durée des programmes diffusés par jour est de 10 heures, en 1954, c'est déjà 14,5 heures. En 1960, Radio Prague diffuse 32 heures par jour, avant d'atteindre, en 1962, son maximum jamais enregistré jusqu'alors - 33 heures par jour. Le nombre de langues et d'heures de diffusion est illustré par le tableau ci-haut.

Il ressort des matériaux d'archives que les dites "émissions B" en français et en italien furent créées dans les années cinquante, à la Radio tchécoslovaque. Le parti communiste de Tchécoslovaquie répondit à la demande des partis communistes de France et d'Italie, qui souhaitaient exercer ainsi une influence sur l'opinion publique de leurs pays. Les émissions eurent un caractère de conspiration et furent diffusées par des groupes de communistes italiens et français, envoyés à Prague. Le programme en langue italienne s'appelait "Oggi in Italia", le programme en français "Ce soir en France". Les émissions B en français ne sont plus mentionnées dans les archives depuis les années soixante. Pour la garder au secret, la réalisation des émissions B en italien fut déménagée en dehors du bâtiment de la Radio tchécoslovaque. En 1970, ces émissions cessent. Parallèlement à ces émissions « clandestines », Radio Prague diffusait des émissions régulières en français et en italien.

L'élargissement des émissions s'accompagna d'un accroissement du nombre de lettres. En 1953, 3259 lettres sont enregistrées, en 1956, 16 232 lettres. En 1960, 49 353 lettres parviennent à Radio Prague. Dans la deuxième moitié des années soixante, Radio Prague recevait, déjà, autour de 100 000 lettres par an.

L'un des studios de Radio Prague dans les années soixante L'essor des émissions ne put se passer d'une modernisation des émetteurs. Déjà en 1949, un émetteur ondes courtes fut édifié à Velké Kostolany, en Slovaquie occidentale. En 1955, un centre d'émission fut ouvert à Litomysl, en Bohême orientale, équipé de deux émetteurs ondes courtes d'une puissance de 100 kW et d'un émetteur ondes moyennes d'une puissance de 300 kW. Ce dernier, émettant sur la fréquence de 1287 kHz, resta au service des émissions vers l'étranger, jusqu'à 1990.

En 1956, l'émetteur ondes courtes de Rimavská Sobota, en Slovaquie orientale, est mis en service. A noter que, lors d'une reconstruction de cet émetteur, dans les années 1979 - 1982, on remit en service les émetteurs ondes courtes à Pod brady , en Bohême centrale. Les mêmes qui se trouvaient à la naissance de Radio Prague.

En 1960, la Radio tchécoslovaque fut subordonnée, directement, au comité central du parti communiste, ce qui ne faisait que renforcer l'influence de l'idéologie communiste. A titre d'illustration, voici les points dominants des émissions vers l'étranger, en 1962: une campagne à l'occasion du 20e anniversaire de l'anéantissement de Lidice, un concours : Quel serait le monde, si Hitler avait gagné, un autre concours sur le thème - Mes expériences avec le colonialisme, la crise cubaine et la politique pacifique soviétique. Le rôle dirigeant du parti communiste fut confirmé par une loi de 1964 sur la Radio tchécoslovaque.

Dans les années soixante, la rédaction de la coopération internationale, produisant des programmes destinés à "l'exportation", prit un essor énorme. Les premiers destinataires de ses programmes - les pays en voie de développement, engagés alors dans la lutte de libération nationale. En 1967, la rédaction de la coopération internationale produit plus de 1 333 heures de programmes en dix langues, dont 997 heures de programmes destinés aux pays en voie de développement /Afrique, Asie, Amérique Latine/, 202 heures aux pays socialistes /URSS, Bulgarie/, et 134 heures aux pays capitalistes /USA, Australie, Chypre, Portugal/.

La fondation des Clubs d'auditeurs de Radio Prague, dans les années soixante, s'inscrivit dans un même cadre politique. Les Clubs sont créés, notamment, dans des pays d'Afrique, d'Asie, d'Amérique Latine. Le premier Club vit le jour, en 1960, à Cuba. Radio Prague encouragea la fondation des clubs, en leur réservant une large place dans les émissions, et en organisant des concours pour leurs membres. Dans les années soixante et soixante-dix, elle compta quelques 600 clubs, de par le monde. Chaque année, plus de 200 000 envois contenant des matériaux de propagande furent expédiés aux auditeurs, ce qui en dit long sur les activités de Radio Prague, à cette époque-là.

Diplôme du Monitor club de Radio Prague En 1963 fut créé le Monitor Club de Radio Prague, regroupant des DX-eurs /on les appelle plutôt radioécouteurs, de nos jours/, donc des auditeurs ayant envoyé à Radio Prague leurs rapports d'écoute. Dès sa fondation, Radio Prague envoyait à ses auditeurs des cartes QSL. Depuis la fin des années cinquante, elle diffusait des programmes spéciaux pour le DX. Le but du Monitor Club était de vérifier la qualité de réception dans diverses parties du globe et d'y adapter les moyens techniques de diffusion. Pour devenir membre du Monitor Club, il fallait envoyer un certain nombre de rapports d'écoute. Pour les rapports envoyés en plus, les membres du Club étaient récompensés des diplômes annuels. Le Monitor Club de Radio Prague, comptant plusieurs milliers de membres, termina ses activités au début des années 90.

L'expansion des émissions à la fin des années cinquante et dans le courant des années soixante, marquée par un prolongement de la durée des programmes de 15 à 30 minutes, parfois même à 60, ne fut pas un simple changement quantitatif. La structure des programmes fut enrichie de nouvelles rubriques, de programmes réservés aux lettres, de concours, de programmes spéciaux pour les radioécouteurs, de dédicaces musicales. On diffusa davantage de reportages et d'interviews. Certaines rubriques, dont Mailbag (émissions en anglais), ou le Courrier des auditeurs (en français) furent maintenues jusqu'à présent.

En 1965, Radio Prague subit une nouvelle restructuration réunissant les formations existantes en trois ensembles nouveaux: les émissions vers les pays capitalistes, les émissions vers les pays socialistes et la rédaction centrale. Cette dernière concentra des services assurant la production centrale des programmes (bulletins d'informations, commentaires) en tchèque. Traduits en langues étrangères, ces programmes constituèrent l'axe des émissions. A part les programmes obligatoires, une place restreinte fut réservée à la propre création des rubriques.

Le volume des émissions de Radio Prague dans les années 1954 - 1969
  1954 1955 1956 1957 1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969
Anglais * 1643 1520 1690 2108 2111 2106 1954 2044 2046 2092 2166 2607 2608 2478 2608
Arabe - - - 294 517 550 674 712 854 849 733 694 730 730 694 730
Bulgare - - - 13 52 52 26 25 22 20 - - - - - -
Tcheque et slovaque * 728 755 1102 1152 1143 1063 1109 1096 794 689 570 391 391 428 574
Français * 912 981 775 730 757 876 838 903 1020 1092 1160 1460 1460 1388 1460
Italien * 730 732 676 523 526 516 511 526 596 714 782 888 1084 1070 1102
Italien B * 544 792 2165 2141 1945 1514 1298 1377 1460 1464 1460 1460 1460 1396 182
Allemand * 611 639 891 1332 1385 1637 1762 1762 1854 1794 1807 1933 1741 1735 1825
Allemand pour la minorité allemande - - - - - - 132 132 132 - - - - - - -
Portugais - - - - 46 329 587 880 879 747 692 694 730 730 694 730
Grec * 365 366 365 365 339 335 335 338 341 343 230 - - - -
Serbo-croate * 183 184 320 365 364 328 473 392 392 392 258 - - - -
Svahili - - - - - - - - - - - 38 182 183 117 -
Espagnol * 1389 1250 1270 1248 1230 1237 1233 1244 1119 1098 1144 1330 1331 1313 1409
Suédois * 333 442 547 548 658 574 528 529 602 622 493 - - - -
Au total par an 5265 7438 7681 10108 11127 11389 11605 11790 12098 11840 11725 11496 11711 11718 11313 10620
La moyenne par jour 14,5 20,5 21 27,5 30,5 31 32 32,5 33 32,5 32 31,5 32 32 31 29



[ Retour à la page d'accueil ]   [ >>> ]