Émissions internationales de la Radio tchèque 
13-12-2018, 04:30 UTC
Radio Prague - 65 ans
  Le retour à la démocratie

Le rassemblement des Pragois et des employés 'pour les informations véridiques' devant le bâtiment de la Radio tchécoslovaque, novembre 1989 Vers la fin de 1989, les régimes communistes, au pouvoir pendant quatre longues décennies en Europe centrale et orientale, furent enfin renversés. Les rédacteurs de la Radio tchécoslovaque et les Pragois furent les témoins de ce changement historique. On retrouva la démocratie tant désirée.

Les employés gravement compromis et les agents de la police secrète quittent la Radio tchécoslovaque. Radio Prague peut renouer avec sa mission originale - informer de manière objective et impartiale sur la Tchécoslovaquie. Elle revient à son indicatif d'avant-guerre tiré de la symphonie "Du Nouveau Monde" d'Antonin Dvorak . Depuis le début des années cinquante, jusqu'à 1989, Radio Prague avait pour indicatif une chanson communiste, "En avant, la gauche."

Du 1er avril au 7 mai 1990, Radio Prague se tut, à l'exception des émissions en tchèque et en slovaque pour les compatriotes à l'étranger et les émissions de l'Interprogramme. La raison de cette interruption - un statut indéfini des émissions internationales et une réduction du personnel, des programmes et des moyens techniques. Auparavant, on avait déjà supprimé les émissions en arabe, en italien et en portugais, destinés à l'Amérique Latine. De huit langues, cinq sont restées: tchèque/slovaque, anglais, allemand, français et espagnol. On réduit les rédactions centrales, symbole de "l'unique opinion juste". De nouvelles réductions des programmes et du personnel suivent. Sur 360 employés de Radio Prague en 1989, un peu plus de 50 resteront, 4 ans après.

Au printemps 1990, plusieurs émetteurs furent mis hors service et leur puissance diminua. Jusqu'alors, quatre émetteurs ondes courtes d'une puissance de 250 kW, sept émetteurs d'une puissance de 100 kW et deux émetteurs ondes moyennes, d'une puissance globale de 500 kW, étaient en service. Après le rétablissement des émissions, en mai 1990, Radio Prague diffusait de deux émetteurs ondes courtes d'une puissance de 250 kW de Rimavská Sobota, et de deux autres émetteurs ondes courtes de 100 kW de Litomysl. Après la partition de la Tchécoslovaquie, en janvier 1993, l'émetteur de Rimavská Sobota incomba à la Slovaquie et celui de Litomysl à la Tchéquie. Radio Prague diffusa des émetteurs plus puissants de Rimavská Sobota jusqu'à 1995. Elle les abandonna pour des raisons financières. Depuis, elle diffusa des émetteurs de Litomysl. Les émetteurs ondes moyennes sur la fréquence de 1287 kHz furent abandonnés par Radio Prague, en 1990, pour être utilisés par Radio Europe libre.

Les réductions frappèrent la rédaction de l'Interprogramme. A compter de 1990, elle ne diffusa qu'en anglais, allemand et français. En 1992, ses émissions furent arrêtées. La même année, on supprima les rédactions centrales. Les émissions internationales cessèrent de couvrir l'actualité internationale, pour se concentrer uniquement sur les événements survenus en République tchèque. Le logo de Radio Prague figurant sur les grilles de diffusion de la première moitié des années 90

En vertu de la nouvelle loi de 1992, la Radio tchécoslovaque devint une institution publique. Le Conseil de la Radio tchécoslovaque élu par le parlement, point par des organes du parti et de l'Etat, comme ce fut le cas auparavant, est chargé de veiller sur son indépendance politique. A partir de 1993, date de la partition de la Tchécoslovaquie et de la division de la Radio tchécoslovaque, les émissions vers l'étranger deviennent une station autonome de la Radio tchèque.

Le nom de Radio Prague, qu'on confond dans ce texte avec les émissions vers l'étranger, ou les émissions internationales, connut une histoire qui n'est pas sans intérêt. Il faut distinguer entre son nom administratif au sein de la Radio tchécoslovaque et celui au niveau des programmes, c'est-à-dire l'indicatif de la station. Avant la guerre, la station s'annonçait par l'indicatif suivant: "station tchécoslovaque ondes courtes, Prague", ou par différentes variantes de cette indication, accompagnée du code d'identification de l'émetteur OLR. Après la guerre, plusieurs noms étaient utilisés dans les différentes langues pour identifier la station: Station Prague, Ici Prague - Tchécoslovaquie, Vous écoutez Prague, la Radio tchécoslovaque - les émissions vers l'Afrique, etc. L'expression Radio Prague fait son apparition vers la fin des années cinquante, dans les rubriques DX. Elle devient courante dans les contacts avec les auditeurs, notamment avec les Clubs d'auditeurs de Radio Prague. A partir des années soixante, l'expression Radio Prague figurait sur les grilles de diffusion, les cartes QSL et d'autres publications. Certaines langues l'utilisent à des fins d'identification. Dans les années soixante-dix, avec la naissance de l'Interprogramme, l'appellation Radio Prague est la plus répandue. Ce n'est que dans les années quatre-vingt-dix, qu'elle s'établit pleinement (au début des années quatre-vingt-dix, on utilise, pendant un certain temps, Radio Prague Internationale). Quant au nom administratif de la station dans le cadre de la Radio tchécoslovaque, avant la guerre, on avait l'habitude de la désigner comme "section ondes courtes", après la guerre "émissions ondes courtes", et, depuis les années cinquante, "les émissions vers l'étranger". Ce n'est qu'en 1996, lorsque toutes les stations de la Radio tchèque obtiennent leurs nouveaux noms, que "Radio Prague" devient un nom administratif et un nom d'identification. Le titre officiel est: la Radio tchèque 7 - Radio Prague. Dans les émissions, on utilise le plus souvent l'identification suivante - Radio Prague, émissions internationales de la Radio tchèque.

Les horaires de Radio Prague avec le nouveau logo utilisé depuis 1996 Le mode de financement diverge. Tandis que la Radio tchèque est financée à partir des redevances, les émissions vers l'étranger bénéficient d'une subvention de l'Etat. Entre 1993 et 1996, cette subvention était attribuée à la Radio tchèque par le biais du bureau du gouvernement de la République tchèque, depuis 1997, c'est par l'intermédiaire du ministère des Affaires étrangères. En 1994, un appel d'offres sur l'exploitation des émissions vers l'étranger fut lancé. Son résultat ne fut pas une surprise - c'est la Radio tchèque qui le remporta. Le document de base de Radio Prague, c'est l'accord passé entre la Radio tchèque et le ministère des Affaires étrangères. Il définit l'étendue et la forme des émissions et le mode de financement. Les frais des émissions vers l'étranger baissèrent de 90 millions de couronnes, en 1993, à 45 millions en 1997. Cette année-là, une nouvelle réduction était envisagée. Les émissions sur ondes courtes devaient être supprimées, à l'exception des programmes en tchèque et en anglais; les autres langues ne devaient être maintenues que sur Internet. Il n'en fut, heureusement, rien. En 2000, le budget augmenta pour atteindre 62 millions de couronnes (soit 1,5 million de dollars) et les émissions en russe furent inaugurées.



[ Retour à la page d'accueil ]   [ >>> ]