Émissions internationales de la Radio tchèque 
7-12-2019, 07:02 UTC
Thèmes
 Par
Ema Destinn - cantatrice de réputation mondiale
Par Jaroslava Gissübelova
Née le 26 février 1878 à Prague et décédée le 28 janvier 1930 à Ceske Budejovice, Ema Destinn, de son vrai nom Emilie Pavlina Kittlova, était l'une des plus éminentes interprètes d'opéra de l'époque, surnommée la divine...
Richard Strauss a préconisé qu'Ema Destinn possédait une des plus belles voix que ce siècle ait connue. Elle a étudié le chant chez le soprano Mme Marie Löwe-Destinn, dont elle a emprunté le nom artistique. Dans les années 1898 à 1909, elle se produisait à l'Opéra de la cour impériale de Berlin, puis, pendant deux ans, à l'Opéra de Bayreuth. Ensuite, elle est invitée à Londres pour se produire au Théâtre de Covent- Garden aux côtés d'Enrico Caruso: l'union de leurs voix, à savoir du meilleur ténor et d'un des plus beaux sopranos de l'époque, a magnétisé non seulement le public londonien: plus tard, les deux chanteurs ont fait salles pleines dans le monde entier.
A l'occasion de la 500e représentation de l'opéra "La Fiancée vendue" de Bedrich Smetana, Ema Destinn chante le rôle de Marenka et elle est nommée membre d'honneur de la première scène tchèque.
En 1909, Ema Destinn est engagée par le Metropolitan Opera de New York, où elle devient célèbre grâce au répertoire italien. Sans exagération, on peut affirmer qu'Ema Destinn était au nombre des meilleurs interprètes tchèques. Après avoir passé 8 ans en Amérique, elle regagne, en 1916, la Bohême. Jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale, elle vit presque dans l'oubli au Château de Straz nad Nezarkou.
D'après certaines sources, Ema Destinn devait accomplir une tâche de renseignement au service de la résistance anti-autrichienne. La mission est déjouée par la direction policière impériale et royale. La cantatrice est internée dans son château et mise sous une surveillance policière. Seulement après la Première Guerre mondiale, elle part en plusieurs tournées en Europe et en Amérique, mais elle doit sa gloire éternelle surtout à l'activité dans l'avant-guerre.
C'est le Musée national de Prague qui présente actuellement Ema Destinn, dans une grande exposition placée sous le patronage de l'épouse du Président de la République, Mme Dagmar Havlova. Mais c'est aussi au château de Straz nad Nezarkou, à proximité de Trebon, en Bohême du sud, qu'on peut apprendre beaucoup sur cette femme exceptionnelle. "Divine, étrange, célèbre, damnée, joyeuse et nostalgique" - tous ces attributs sont caractéristiques d'Ema Destinn.
De son père, elle a hérité le patriotisme mais aussi l'esprit d'ambition. Douée d'un talent littéraire, elle rédige, à l'âge de 14 ans, ses premiers vers. Plus tard, elle écrit des contes qui touchent, souvent, des thèmes considérés à l'époque comme un tabou - l'amour lesbien, par ex. Elle est aussi auteur de pièces dramatiques dont 7 sont réalisées sur les planches de théâtre.
Dans sa création littéraire devenue une passion de toute la vie, elle puise de l'inspiration auprès de la femme de lettres française, George Sand. Elle subit aussi l'influence des courants mystiques et de la décadence, répandus à l'époque par la Revue moderne. Son penchant pour les choses mystérieuses se traduit aussi dans l'aménagement des intérieurs du château de Straz, où elle fait installer un squelette et d'autres objets extravagants ou exotiques.
La vie sentimentale d'Ema Destinn est restée à plusieurs égards inaccomplie. Son mariage avec Josef Halsbach n'a pas été heureux. Dès l'âge de 40 ans, Ema Destinn souffrait de graves maladies et elle est morte prématurément, à l'âge de 52 ans, des suites des troubles du système vasculaire.
Le monde a perdu en sa personne une éminente soprano qui s'est fait remarquer notamment par l'inteprétation des opéras de maîtres italiens, Guiacomo Puccini et Guiseppe Verdi, mais aussi allemands, Richard Strauss et Richard Wagner, tout comme, bien sûr, tchèques, dont Bedrich Smetana. Même si Ema Destinn vivait à l'époque qui connaissait déjà l'enregistrement sonore, pas tous les secrets de sa voix aient pu être conservés. Ni la technique sophistiquée n'a réussi à faire sortir des vieux disques toute la force et toute la couleur de la voix de la prima donna tchèque. L'essentiel est qu'on est parvenu à recopier ces enregistrements dans une qualité beaucoup plus élevée et de sauver ainsi ce très précieux legs.
Avant de nous quitter, disons encore que la mémoire de la grande cantatrice tchèque est rappelée aux passants et aux visiteurs de Prague par un buste, installé sur la façade du Palais Kaiserstein, dans le quartier de Mala Strana.
Articles correspondants
 20.8.2013 Ce mercredi commencent les Festivités dédiées à la chanteuse d’opéra Ema Destinnová
 27.10.2010 Les femmes du 28 octobre 1918
 24.10.2010 Exposition sur la cantatrice Ema Destinnová
 23.10.2010 Exposition sur la cantatrice Ema Destinnová
 8.5.2010 La passion littéraire d’Ema Destinnová
 29.1.2010 Le 28 janvier 1930: le jour de la mort d’Ema Destinnová
 24.2.2008 Le Théâtre national va commémorer les 130 ans de la naissance d’Ema Destinnová
 22.8.2003 Ceske Budejovice se rappelle Ema Destinn
 28.10.2001 La chanteuse Emmy Destinn : la gloire et la solitude


Retour