Émissions internationales de la Radio tchèque 
13-12-2019, 20:57 UTC
Thèmes
 Par
Mozart Praha 2006

Le monde musical célèbre, en 2006, le 250e anniversaire de la naissance (le 27 janvier) et le 215e anniversaire de la mort (le 5 décembre) du génie de la musique classique, Wolfgang Amadeus Mozart. C'est naturellement l'Autriche qui organise les plus importantes cérémonies et manifestations mais, Mozart ayant passé plusieurs séjours sur le territoire tchèque où il y a présenté ses oeuvres avec succès, d'importantes manifestations auront lieu aussi en République tchèque. Pour cela, seize institutions culturelles tchèques ont uni leurs forces pour organiser une série d'expositions et de concerts sous l'appellation commune "Mozart Prague 2006". De janvier à décembre, « Mozart Prague 2006 » offre aux amateurs de musique tchèques et étrangers un grand nombre de concerts, de représentations d'opéra et d'autres manifestations. Vous pouvez consulter leur liste sur le site :www.mozartprague2006.com.


Les séjours de Mozart dans le royaume de Bohême
Mozart a passé à peu près six mois en tout sur le territoire du royaume de Bohême. Son premier séjour ne s'est pas déroulé à Prague ou en Bohême, mais en Moravie. Vienne fut frappée, à l'automne 1767, par une épidémie de variole et le père de Mozart, chef de l'orchestre archiépiscopal de Salzbourg, quitta la capitale autrichienne pour s'installer, avec son génie de fils, à Olomouc. C'est là que Wolfgang, âgé de onze ans, attrapa la variole. Le jeune virtuose tomba sous la protection du recteur de l'université d'Olomouc, le comte Podstatsky, qui s'occupa de sa guérison. Après un séjour de deux mois, dans le palais archiépiscopal d'Olomouc, le jeune Mozart était guéri et avait repris des forces. A la Noël de l'année 1767, Mozart et son père quittèrent Olomouc et s'arrêtèrent à Brno où le jeune Wolfgang donna un concert. Désormais, en l'honneur de Mozart, on organise à Brno un concours de jeunes pianistes de moins de onze ans.
Les séjours suivants de W. A. Mozart sont liés à Prague. En décembre 1789, le théâtre Nostic à Prague présenta avec succès l'opéra de Mozart, Les noces de Figaro. Mozart fut invité à diriger son oeuvre personellement au début de l'année 1787. Le compositeur arriva à Prague le 11 janvier 1787 et choisit le palais Thun, dans le quartier de Mala Strana, pour se loger. Il dirigea Les noces de Figaro le 17 janvier ainsi que trois jours plus atrd, en raison du très grand succès. Ce fut aussi au theâtre Nostic qu'il présenta sa toute nouvelle symphonie en ré majeur, appelée ensuite "pragoise". Ce fut à Prague que Mozart reçut la commande d'un nouvel opéra sur le thème de Don Juan, et il se mit tout de suite au travail sur Don Giovanni.
Photo: CTKPhoto: CTK
Le second séjour de Mozart à Prague commença en octobre 1787, quand le compositeur y arriva pour contrôler la première de Don Giovanni. Il prit une chambre d'hôtel non loin du theâtre Nostic, mais passa la majorité de son temps chez les époux Dusek, dans leur villa pragoise Bertramka. A Bertramka, où il bénéficiait du calme, le compositeur termina la fin de l'opéra et son ouverture. En dehors de cela, il composa pour Josefina Duskova un air de concert, Bella mia fiamma, adio. La première de Don Giovanni, le 29 octobre au théâtre Nostic, fut un grand triomphe de Mozart, qui ne se répéta plus jamais avec cette oeuvre.
Le dernier séjour de Mozart à Prague est lié au couronnement de Léopold II roi de Bohême, le 6 septembre 1791. Les Etats tchèques commandèrent pour cette occasion un opéra à Mozart. A la fin du mois d'août, Mozart arriva à Prague pour diriger sa nouvelle oeuvre, La Clemenza di Tito. Encore avant, il dirigea Don Giovanni, au théâtre Nostic et ne pouvait manquer, naturellement, à la première de La Clemenza di Tito, le jour du couronnement. L'opéra ne fit que très peu d'effet sur la cour de Vienne et Mozart rentra désabusé dans la capitale autrichienne. A la demande du clarinettiste de l'orchestre pragois, Anton Stadler, il composa encore un concert pour clarinette en la majeur qui fut présenté à Prague le 16 octobre. Un peu plus tard, le 5 décembre, Wolfgang Amadeus Mozart décèda.
Des légendes sont racontées sur l'accueil que le public pragois réserva aux oeuvres de Mozart. La déclaration attribuée à Mozart "Mes Pragois me comprennent" est même devenue l'objet d'un litige entre l'association des originaires d'Autriche et les musicologues tchèques, tous deux en revendiquant la propriété. Il est certain, pourtant, que les oeuvres de Mozart, surtout ses opéras Les noces de Figaro et Don Giovanni, rencontrèrent un énorme succès auprès des amateurs de musique pragois. La cérémonie funèbre organisée après la mort de Mozart, le 14 décembre, par les membres de l'orchestre du théâtre de Prague, à l'église Saint-Nicolas, dans le quartier de Mala Strana, en est aussi la preuve. Environ 4 000 Pragois vinrent faire leurs adieux au compositeur.


Les monuments pragois liés à la mémoire de W. A. Mozart

Le Théâtre des Etats
Sa construction a été commandée par un mécène de l'art, le comte Anton Nostitz-Rieneck, pour qu'il devienne la scène des opéras et pièces dramatiques allemandes, mais on y jouait aussi en tchèque. Le bâtiment, construit dans le style du classicisme, fut achevé au milieu des années quatre-vingts du XVIIIe siècle, et W. A. Mozart fut l'un des premiers compositeurs dont on y présenta les oeuvres. Les Etats tchèques achetèrent le théâtre en 1798 et, à partir de cette année, il porta le nom de Théâtre royal des Etats. C'est ici qu'au XIXe siècle Nicolo Paganini ou Gustav Malher donnèrent des concerts. En 1948, le théâtre changea de nom, de nouveau, pour devenir le Théâtre Tyl. Actuellement, il fait partie du Théâtre national de Prague,www.nd.cz et présente de nombreux concerts et opéras à l'occasion de l'année Mozart.

La villa Bertramka
La villa Bertramka fut construite à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles, à l'origine sous la forme d'une maison de campagne à la périphérie de Prague. En 1784, la villa fut achetée par une célèbre cantatrice pragoise, Josefina Duskova, et son époux, le pianiste et compositeur Frantisek Xaver Dusek. Mozart y habita lors de son deuxième séjour pragois en 1787, quand il y termina Don Giovanni et lors de son dernier séjour en 1791. Après la mort de Mozart, ses fils habitèrent à la villa Bertramka pendant un certains temps. En 1838, la villa fut achetée par Lambert Popelka dont le fils Adolf entra en contact avec le fils aîné de Mozart, Thomas. Il fit installer le buste du compositeur dans le jardin, ouvrit quelques chambres de la villa au public et y organisa une rencontre du souvenir à l'occasion du centenaire de la première de Don Giovanni. Le compositeur Antonin Dvorak était aussi un habitué des lieux. La dernière propriétaire fit don, en 1925, de la villa à la fondation Mozarteum de Salzbourg. En 1929, la villa fut rachetée par la Société Mozart qui en conserva la propriété jusqu'en 1986,quand elle devint un bien de l'Etat tchèque. C'est en 1986 que la villa Bertramka fut le théâtre de l'inauguration de l'exposition permanente de W. A. Mozart et des époux Dusek. On peut y voir, entre autres, une mèche de cheveux de Mozart et le piano sur lequel il joua en 1787. Le musée Bertramka, www.bertramka.com, fait partie des monuments pragois les plus recherchés et on peut y assister à de nombreux concerts consacrés à l'oeuvre de Mozart.

Le couvent de Strahov
Ce siège pragois de l'ordre des Prémontrés, www.strahovskyklaster.cz , se présente sous la forme d'un ensemble de bâtiments baroques situé non loin du Château de Prague, avec un magnifique panorama sur la ville. La basilique de l'Assomption-de-la-Vierge, qui abrite de célèbres orgues, se dresse au centre de l'ensemble. C'est sur cet instrument que Mozart joua quand il visita la basilique avec Josefina Duskova, en 1787. L'ensemble du couvent de Strahov est ouvert au public. En dehors des bâtiments religieux, il abrite aussi le Monument de la littérature nationale et son exposition permanente.

Le Klementinum
Jésuite à l'origine, ce collège fut fondé en 1556 non loin du pont Charles et faisait partie, avec l'Université Charles, des plus importantes institutions d'éducation dans le royaume de Bohême. L'ensemble baroque, édifié du XVIe au XVIIIe siècle, est, après le Château de Prague, le plus grand ensemble de bâtiments à Prague avec plusieurs églises et cours. Après l'abolition de l'ordre des jésuites, en 1773, une partie de l'université pragoise et la bibliothèque impériale y furent installées. Cette dernière fut ouverte au public en 1775. Depuis, c'est là que sont effectuées les mesures météorologiques. Mozart a visité le Klementinum et sa bibliothèque en 1787. Le buste du compositeur, à l'entrée de la Chapelle des glaces, rappelle son passage. Aujourd'hui, le Klementinum abrite les locaux de la Bibliothèque de la République tchèque, www.nkp.cz, des concerts et des expositions sont organisés dans ses salles. La bibliothèque baroque et la Tour astronomique sont ouvertes au public.

Le palais Clam-Gallas
C'est un palais baroque situé dans le centre de Prague qui fut construit aux XVIIe et XVIIIe siècles pour le compte de la famille noble des Gallas, plus tard Clam-Gallas, connue pour son soutien à l'art. Le palais est devenu un centre important de la vie culturelle et scientifique à Prague. Mozart l'a visité en compagnie de son épouse Constance et de Josefina Duskova. Beethoven le visita aussi plus tard. Au XXe siècle, les propriétaires louèrent une partie du palais aux autorités et Franz Kafka y travailla pendant un certain temps. Après la Deuxième Guerre mondiale, le palais devint un bien de la ville de Prague. Il abrite, aujourd'hui, les archives de la capitale, www.ahmp.cz et on y organise des concerts et des expositions.
Radio Prague